Histoire

L’estuaire de la Gironde et ses rivières constituent très tôt un axe de communication et d’échange commercial entre la façade atlantique et l’intérieur du continent. La réputation d’abondance et de bien vivre lui fut souvent attachée et déchaîna toujours des envies et des appétits. Bourg est couvert des témoignages de ce riche passé.

 

Placée à l’origine au confluent de la Dordogne et de la Garonne, notre ville a joué un rôle fort dans l’histoire régionale tant sur le plan commercial que dans les faits de guerre.

Tout d’abord centre commercial très important, elle devient par la suite une ville fortifiée. Au début du Vème siècle, les Visigoths envahissent l’Aquitaine, et s’établissent très fortement à Bourg.

 

La ville de Bourg/Gironde, fondée par la famille Paulina au IVème siècle et souvent visitée par nos suzerains (Charles VII, Charles IX, Louis XIII, Louis XIV), suscite l’intérêt des touristes depuis plus d’un siècle : « Du lieu appelé Citadelle, écrivait J. Arago, le paysagiste peut enrichir ses cartons d’un site imposant auquel peu doivent être comparés ». Mais le fleuve majestueux, l’horizon immense et la végétation riante et vigoureuse ne doivent pas faire illusion : cette localité a toujours été une cité guerrière.

 

Dès la fin du IVème siècle, elle était fortifiée, mode d’habitat transitoire entre la villa gallo-romaine et le château féodal et elle devint une véritable forteresse au moment des grandes invasions, érigée en propriété royale au VIIIème siècle (avec l’église et l’Abbaye de Saint-Vincent en son sein) ; mais après le passage des Normands, on consolida encore ses murs d’enceinte. Passée sous la domination anglaise après le divorce de Louis VII et le mariage d’Éléonore de Guyenne (Aliénor d’Aquitaine) avec Henri Plantagenêt, elle fut le bouclier de Bordeaux pendant trois siècles, place de guerre très sollicitée par les deux puissances ennemies.

Il serait fastidieux d’énumérer ici les sièges, affrontements, combats divers, ainsi que les réparations de l’Abbaye et des fortifications auxquels elle dut faire face pendant toute cette période. Les campagnes du duc d’Orléans, du duc de Bourbon, des Anglais qui reconquirent la Guyenne, la bataille de Castillon ainsi que les guerres civiles et religieuses  ensanglantèrent la région… Au point que la ville de Bourg fut exemptée de la taille pour un an (1571) et dut rester en alerte pendant des années, frappée, de surcroît par « la catastrophe du 1er février 1595 » : l’effondrement de l’église de l’Abbaye de Saint-Vincent…

 

Sans oublier les violences de la Fronde, Bourg livrée aux Espagnols, puis investie par les troupes royales (1653), avant de voir ses murailles démantelées et ses pièces de canon enlevées (1665). Dès lors, son rôle immémorial de poste avancé, élément fort de la stratégie régionale, avait cessé, mais son combat continua pour « les vieilles libertés provinciales contre le pouvoir central », elle accueillit la Révolution avec joie, en évitant bien des excès, et après la chute de l’Empire, « tout se transforme à Bourg ».

Bourg-gironde-estuaire

Pour celles et ceux qui le souhaitent, plus de détails sur l'histoire de Bourg....

Du Ier au IIIème siècle ce fut l’époque de la paix romaine et les débuts de la viticulture qui aujourd’hui représente la source économique principale de la région bourquaise.

 

Au IIIème siècle, les rivalités pour le pouvoir à Rome et en Gaule créent l’anarchie. Les invasions des Germains, des Vandales sèment la dévastation. À cette époque, les villes, grandes ou petites comme Bordeaux, Blaye à quelques kilomètres de nous, se renferment à l’étroit derrière d’immenses murailles.

 

Du IVème siècle au VIIème siècle toute l’Aquitaine vit entre bouleversements et continuité.

 

Au IVème siècle Ausone, poète et écrivain érudit d’origine gauloise empreint de civilisation romaine, possède une villa sur les coteaux de Bourg aux lieu – dit « Les Gogues ». Il nous a laissé des témoignages d’un véritable art de vivre aquitain et multiplie ses séjours dans ses village (St Emilion, Médoc, Bourg). La villa de Bourg sera décrite par Paulin de Nole (353-395) comme « rivale de celles de Rome ».

 

Au Vème siècle Sidoine Appolinaire, auteur de poèmes et de belles lettres qui constituent un témoignage essentiel sur le Vème siècle, rédige un poème qui évoque la situation de Bourg avec ses murailles près de la confluence de la Dordogne et de la Garonne.
Il décrit la grande résidence des Pontii avec ses thermes, ses pièces de réception, ses greniers, son atelier de tissage…Cette résidence se trouverait sur l’emplacement actuel de la «Citadelle» de Bourg.

 

Les VIIIème IXème et Xème siècles connaissent la dévastation et les débuts de la féodalité.

 

Au VIIIème siècle, le duc Eudes d’Aquitaine met fin à la première intrusion des Musulmans qui ont déjà conquis l’Espagne (711) et remontent par Narbonne mais lors de la deuxième incursion dix ans plus tard ( par le col de Roncevaux cette fois ), Eudes ne put arrêter la progression du conquérant Abd-ar-Rahmân qui remontait vers Poitiers en mettant à sac toutes les contrées sur son passage : Bourg tout comme Bordeaux et Blaye fut littéralement dévastée.

 

Toute la Gaule connaît alors un siècle de dévastation : dans les années 840, les Vikings (des Northmen ou Normands, hommes du nord ) débarquant de leurs drakkars, dévastent par le feu et l’épée toute la vallée de la Garonne jusqu’à Toulouse (844) puis la vallée de la Dordogne. Vers 866, les choses se calment mais il y aura épisodiquement des raids jusqu’en 1018.

 

Au IXème et Xème siècles, les périodes de massacres, de pillages, de destruction systématique ont comme gommé les vestiges des époques mérovingienne et surtout carolingienne. Commence alors le temps de la féodalité, celui des réseaux d’alliances entre puissants et moins puissants, entre des vassaux qui rendent l’hommage et des suzerains qui doivent la protection. La réalité, faite d’ambitions personnelles, de rivalités, de traîtrises, est plus complexe, les conflits armés sont nombreux entre ces seigneuries qui naissent autour de grandes familles : les Lansac (en Bourgeais), les Mérignac, les Pessac… Les châteaux-tours en bois, bâtis sur des buttes de terre émergent un peu partout.

 

Les XIème et XIIème siècles apparaissent comme les siècles du renouveau.
Ils se caractérisent par une expansion démographique et un renouveau religieux. Pour pouvoir se nourrir, les populations dépendantes des seules ressources vivrières produites selon des méthodes ancestrales, procèdent à la mise en culture de nouveaux territoires gagnés sur la lande, les marais ou la forêt sous la protection et avec les faveurs des seigneurs. La culture des céréales se développa, les grains étaient donnés à moudre dans les moulins a eau disséminés le long des cours d’eau autour de Bourg.

 

Au XIème siècle, quand la région de Saint Jacques est pacifiée, convergent alors pour trois cents ans sur les routes de l’Aquitaine, la foule des Pèlerins venant de toute l’Europe du nord-ouest qui traversent les rivières à Blaye à 15 km au nord de Bourg. Sur leur passage, pour prodiguer les soins corporels et spirituels se construisent des églises, des prieurés, des haltes, des hôpitaux, des couvents. L’itinéraire est protégé par les templiers qui gèrent les biens des croisés en leur absence et qui établissent des commanderies comme à Magrigne (près de Bourg) par exemple. Des nouvelles paroisses naissent partout. Ce qui fait dire à un contemporain que « Le monde se couvre d’une blanche robe d’églises » (Raoul le Glabre, 1030). Parallèlement se répand … la culture de la vigne nécessaire à la production du vin de messe mais pas seulement bien entendu ! Près de Bourg, l’église de Prignac et Marcamps est une de ces bâtisses romanes encore préservées.

 

Au XIIème en 1137, Aliénor, jeune duchesse d’Aquitaine, épouse à 16 ans le prince Louis, du même âge qui allait devenir quelques jours plus tard Louis VII roi de France. Elle épousera ensuite le futur roi d’Angleterre, Henri II, renversant le rapport des forces en apportant ses possessions à l’un puis à l’autre des deux souverains.

 

Au XIIIème Bourg, développe son rôle de cité jusqu’à s’affranchir des pouvoirs royaux et seigneuriaux en obtenant le statut de commune, le 16 décembre 1261, sous Henri III, à l’image des cités italiennes, comme il est curieusement précisé dans sa charte. Les pouvoirs rattachés au roi étaient enfin délégués à la collectivité locale ; les magistrats appelés Jurats étaient élus par les bourgeois de Bourg. Mais le roi désignait toujours le maire. Cette liberté civile n’est pas le moindre des éléments de l’identité bourquaise …qu’on se le dise !

Bourg constituait un point capital de défense l’Estuaire. La cité suscite l’intérêt de tous les soldats avides de faire sauter le verrou de Bordeaux qu’elle constitue. En 1325, Bourg est un réel arsenal où charpentiers et autres corps de métier s’affairent à réparer ou construire les machines de guerre (trébuchets, catapultes en tout genre) avec leurs munitions ….de pierre ! Bourg est alors un des trois arsenaux de Guyenne.

 

Les XIVème et XVème siècles connurent la guerre de cent ans, la Guyenne fut souveraine, puis soumise.

 

Au XIVème en 1327, le jeune Edouard III d’Angleterre (15 ans) veut obtenir la pleine souveraineté sur la Guyenne. C’est le début de sanglantes chevauchées du roi de France contre l’Aquitaine. La peste (1348) s’en mêle : elle décime les populations et les armées. Au gré des guerres de territoires, des centralisations de pouvoirs des héritages l’Aquitaine s’affaiblit. En 1379, les Bordelais sentant qu’ils ne peuvent plus guère compter sur leur roi-duc, créent une alliance étroite avec huit villes fortifiées voisines qui deviennent ses « Filleules »: Bourg (première filleule), Libourne, Blaye, St Macaire, Rions, Cadillac, Saint Emilion, Castillon. Mais le roi de France Charles VII eut gain de cause en 1451. La Guyenne était reconquise.

 

Au XVème en 1453, le roi autorisa la ville de Bourg à arborer les armes royales de France.

 

XVIème siècle
La famille de LANSAC, omniprésente au XVIème siècle, puis le duc d’EPERNON, contrôlent la ville avant que Mazarin, Anne d’Autriche et le futur roi Louis XIV n’en fassent la « capitale de leur royaume » au mois de septembre 1650.
La fronde réprimée, la ville turbulente subit la rancune du prince qui fit alors abattre sa citadelle et ses remparts.

 

XVIIIème siècle
Bourg commerçante est calme et soucieuse de son embellissement et de l’exportation de ses vins.

 

XIXème siècle
Révolutionnaire modérée, Bourg traverse le siècle à l’écart du modernisme et des nouveaux moyens de transport qui auraient pu lui procurer une seconde histoire.

 

La fin du XXème et maintenant le début du XXIème, la trouvent toujours tournée vers la production de vins de qualité et vers de nouveaux débouchés, tels que le tourisme, avec l’arrivée des croisières fluviales, l’artisanat d’art ainsi que des services de télétravail.