Le Château de la Citadelle

INFORMATIONS

Datation : 1723

Créateur : Etienne DARDAN dit FRANCOEUR

Matériaux : Pierre de Bourg

citadelle-bourg-gironde

L’emplacement a connu successivement la villa gallo-romaine des Pontii, un château médiéval, une citadelle aménagée à la fin du XVIème siècle et une chartreuse, appelée « Château de la Citadelle ».

La citadelle a tant marqué la population et l’histoire qu’aujourd’hui encore, et même après sa destruction en 1664, les Bourquais appellent « Château de la Citadelle », la chartreuse qui lui a succédée en 1723. Le « Château » connaît donc une vie sans histoire passant entre les mains de nobles familles et même d’un archevêque et ce  jusqu’en 1940, mais à  l’Occupation les Allemands le réquisitionnent. Ils incendieront le bâtiment lors de la Débâcle, en août 1944. La ville reconstruira la chartreuse en 1963 en ne conservant que les murs extérieurs. Ses jardins à la française et sa terrasse surplombant la Dordogne, lui confèrent un caractère qui fait la fierté des Bourquais.

Visite du Musée de la Citadelle de BOURG – Souterrains & calèches

Le musée est ouvert : Tous les jours du 1er juin au 30 septembre. Les week-ends & jours fériés (hors 1er mai) des mois de mars, avril, mai et octobre

Fermé du 1er novembre au 1er samedi de mars.

Pour les groupes, à partir de 10 personnes, ouvert toute l’année, sur réservation.

De 10 à 24 personnes : 4€     De 25 à 49 personnes : 3€      À partir de 50 personnes : 2,50€

Groupes scolaires : Moins de 20 enfants : forfait de 20€       Plus de 20 enfants : 1€ par enfant

Le musée fonctionne en visites guidées, celles-ci ont une durée de 1h30, elles ont lieu à :

10h00 et 11h30 le matin       

14h00 – 15h30 -17h00 l’après-midi. 

En dehors de ces visites le musée n’est pas accessible.

Il est prudent de réserver au : 05 57 68 23 57

En indiquant vos noms, numéro de téléphone, nombre de personnes et horaire souhaité.

La visite guidée comprend :

La collection de voitures hippomobiles, explications de utilisations, des détails, des astuces…

Le souterrain cavalier du 16ème siècle, vestige de la Citadelle de BOURG,

L’histoire de la Citadelle de BOURG, ancêtre de la Citadelle de BLAYE,

La traversée du parc permettant de rejoindre le bas de la falaise afin de découvrir l’intérieur de l’une des sept cuves à pétrole de la seconde guerre mondiale, de taille impressionnante, en béton armé. Elles servaient de réserves de carburant pour les matériels de guerre.

SALLE DES GARDES

Datation : XVIème siècle

Matériaux : Pierre de Bourg

salle-gardes-bourg-gironde

La salle des Gardes se situe actuellement sous la chartreuse du XVIIIème  siècle dans le parc de la Citadelle et constitue l’un des vestiges du château du Moyen-âge qui l’a précédée. A l’origine est prévue une pièce avec une voûte en anse de panier qui lui confère un caractère exceptionnel. Mais la portée de cette voûte étant très importante, on prévoit rapidement de mettre deux piliers pour la soutenir. Les avis s’opposent sur la fonction de cette salle au XVIème  siècle. Certains pensent qu’il s’agit d’une prison, d’autres optent pour une cuisine où les gardes venaient se réchauffer et se restaurer.

Au  XVIIIème siècle sont ouvertes des fenêtres côté Dordogne pour le confort  des occupants et le plaisir des yeux.

CUVES A PETROLE

Datation : Entre 1939 et 1944

Créateur : M. CAILLERET, ingénieur

Matériaux : Béton armé

cuve_petrole-bourg-gironde

Ces cuves à pétrole, uniques en Aquitaine, ont été aménagées dans d’anciennes carrières de pierre dans les années 1940 sur des projets français forcément récupérés par les Allemands installés sur place. On y accède en empruntant le souterrain cavalier débouchant dans le Musée de France  » Au temps des Calèches « . Au total, 7 cuves sont réalisées. La contenance est de 14 000 m3. En août 1944, l’intérieur des cuves sera aussi dynamité afin de détruire les stocks de carburant

SOUTERRAIN CAVALIER

Datation : XVIème siècle

Matériaux : Pierre de Bourg

souterrain-bourg-gironde-01

Ce souterrain cavalier fût réalisé à la demande du Duc d’Epernon au XVIème siècle. Il permettait de relier le port de Bourg à la Citadelle tout en étant protégé dans le cas d’un assaut et de faire transiter des marchandises dans et hors de la Citadelle à l’abri des regards indiscrets. Ce sont les chevaux qui remontaient les livraisons à travers ce souterrain et qui lui valent le nom de “souterrain cavalier”.

PIGEONNIER

Datation : XVIIIème siècle

Matériaux : Moellons

pigeonnier-bourg-gironde

Le pigeonnier, se trouvant dans le parc de la Citadelle, est vraisemblablement construit au XVIIIème siècle par Denis de Lansac, propriétaire du Château. Il remplace une échauguette que l’on distingue assez nettement sur les gravures du XVIIème. De forme circulaire, il est pourvu de petites cases sur  toute sa hauteur permettant ainsi d’abriter un grand nombre de pigeons. Blanchi à la chaux, il conserve à l’intérieur une partie de sa charpente d’origine ainsi que la rampe en bois qui permettait d’accéder aux cases des pigeons.

Au Temps des Calèches : Musée de France

Quelques une de ses pièces rares ….

CHEVAUX DE BAYOL

Datation : 1887 – 1931

Créateur : Gustave BAYOL

Matériaux : Bois polychrome

chevaux-bourg-gironde

Ces chevaux proviennent du carrousel du Blayais qui appartenait à M. Rabotin. Ce carrousel  est l’œuvre de Gustave Bayol, chef de file de l’école française d’art forain au début du XXème siècle.

Ce sculpteur avait le génie de donner beaucoup de vie à ses chevaux. Il est également l’inventeur du « cochon » et du « cygne » sur lesquels les enfants aiment à monter aujourd’hui.

Son premier commanditaire, en 1887, est un allemand et c’est ensuite une véritable passion qui gagne cet ancien compagnon du tour de France. Il crée ainsi sur Angers une entreprise qui emploie 60 ouvriers.

VOITURE D’ENFANT

Datation : XIXème siècle

Matériaux : Bois, fer, velours et cuivre

voiture-enfant-bourg-gironde

Ce phaéton vis à vis tiré par un ou deux poneys date de la fin du XIXème siècle. Cette petite voiture dont le carrossier nous est inconnu est conçue pour un enfant issu très certainement d’une riche famille. En effet, on a pris soin de reproduire un modèle de voiture pour adulte avec un avant train mobile et des amortisseurs à lames inversées à l’avant et à l’arrière. On a même poussé le luxe jusqu’à placer des lanternes qui n’ont jamais dû servir.

Les adultes possédaient également des phaétons mais plus grands bien entendu.

LANDAU

Datation : 1870 – 1884

Créateur : Jules SEZALORY

Matériaux : Bois, fer, cuir, verre, velours

caleches-landau-bourg-gironde

Le Landau tire son nom de la ville allemande Landau où il est utilisé, semble t-il, pour la première fois. Celui présenté au Musée «  Au temps des  Calèches » est tiré par deux chevaux. Il est réalisé entre 1870 et 1884 par Jules SEZALORY, carrossier à Bordeaux. Le landau est une voiture à double capote protégeant les passagers du mauvais temps. Dès les beaux jours, on abaissait les capotes pour de longues promenades dans les environs de Bordeaux.

SULFATEUSE

Datation : 1919 – 1945

Créateur : CASTAING Fils

Matériaux : Bois, fer, cuivre

sulfateuse-bourg-gironde

Cette sulfateuse est l’œuvre de l’entreprise Castaing fils, dont le siège se trouvait à Bordeaux et dont l’activité se développe entre 1919 et 1945. La cuve contenant la bouillie bordelaise est en cuivre. Lorsque le véhicule roule, la pompe se met en marche et propulse le sulfate grâce aux six gicleurs latéraux. La manette de droite permet de bloquer le système pour éviter le sulfatage des chemins sur la route des vignes. On pouvait également, avec la même manette sulfater le dernier rang de vigne en envoyant le produit par les gicleurs de droite ou de gauche. Les gicleurs sont réglables en hauteur et en largeur. Il s’agit vraisemblablement d’une des plus anciennes sulfateuses, puisque le bandage des roues est en fer. L’entreprise Castaing Fils très renommée, exportait ses machines agricoles dans les colonies françaises.